Hier nous explorions le monde, d’un rivage à l’autre, en 2d.
Demain, nous l’explorions en 3d : cela s’appellera l’exploration spatiale.

Pourquoi devrions nous rester sur cette planète ?
La rêverie aurait donc des limites ?

Nous vivons sur la planète et non dans la planète.
Le regard est différent ; il est tourné vers l’extérieur : en fait, nous sommes tournés vers le futur, vers les étoiles.
Le replie est donc insensé.

Il est vrai que la planète se meurt mais pas l’espèce humaine : le rapport au futur et à l’espoir y est complètement différent. 

Certains diront que la flatterie de ce monde est qu’il est voué à disparaître. 

En vérité, la beauté de ce monde est qu’il est voué à refleurir !

Le cerveau humain est tellement complexe, d’une manière inouïe : il sait faire preuve d’imagination qui dépasse l’entendement, du pire comme du meilleur !

Nous sommes entrain de créer des rustines pour notre vaisseau spatial : la Terre.
Nous aurons tellement appris de nos erreurs que c’est seulement à ce moment là qu’il nous faudra changer de planète.